Lors de la première initiation, on vous explique que le tango n’est qu’une marche agrémentée de giro (tour). Alors monsieur se met à marcher de l’avant et madame apprend à marcher à reculons.

Puis au fil de l’apprentissage on se rend compte que les points d’appuis habituels de notre marche ne conviennent pas obligatoirement avec ceux nécessaire au tango.

Certaines personnes prennent appuis sur le talon puis sur l’extérieur du pied (pas supinateur - à droite de l’image).

Différents appuis du pied

Cette marche rend les appuis peu sur et la réactivité de tout le corps plus faible. On est alors "moins dans le sol" et plus flottant.

Pour résoudre cela, il faut un peu modifier sa marche pour devenir, le temps d’un tango, plus pronateur.

Appuis pronateurs

Quelque soit votre marche naturelle, comme de nombreux débutants, vous vous essayerez à ces nouveaux appuis durant le cours de tango mais également en attendant le bus ou en marchant pour vous rendre à votre bureau. Sachez que vous n’êtes pas devenu fou, mais simplement que le virus du tango vous atteint...


D’après internet et encore là,

puce 50% ont un pas normal

puce 45% ont un pas pronateur

puce 5% ont un pas supinateur

Si vous faites partie, comme moi, de la petite minorité des 5%, vous devrez impérativement travailler ce point afin d’offrir une stabilité suffisante à votre guidage.

par Didier Rizzo
mercredi 25 septembre 2013
Poster un nouveau commentaire