Après avoir longé le salar d’Atacama et ses reflets blanc en ayant de l’autre coté la cordillière des Andes dont les cimes étaient couverte de neige, nous sommes arrivés aux lagunes de Miscanti et Miñiques.

Encore un moment féérique. La difficulté de marcher lentement en raison du manque d’oxygène. Le bleu parfais des deux lacs. Les monts aux alentours qui entouraient les eaux de leurs rondeurs.

Sur la route de Miscanti et Miñiques Sur la route de Miscanti et Miñiques Sur la route de Miscanti et Miñiques Sur la route de Miscanti et Miñiques Sur la route de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques Lagunes de Miscanti et Miñiques

par Didier Rizzo
lundi 13 octobre 2008
Poster un nouveau commentaire